Royaume d'Islam

réponses aux detracteurs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Tolérance du Prophète vers d'Autres Religions-1ere parti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ismael-y
Admin


Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: La Tolérance du Prophète vers d'Autres Religions-1ere parti   Ven 21 Déc - 6:02

à Chacun sa Propre Religion


Les relations du Prophète, (paix sur lui) avec d'autres religions peut être le mieux mentionné dans le verset du Coran :
À vous votre religion, et à moi ma religion".109/6.”
La Péninsule arabe pendant le temps du Prophète était une région dans laquelle les fois différentes ont été présentes. Il y avait des Chrétiens, des Juifs, Zoroastrians, des polythéistes et d'autres non affiliés à n'importe quelle religion. Quand on examine la vie du Prophète, on peut tirer beaucoup d'exemples pour décrire le haut niveau de tolérance montrée aux gens d'autres fois.
Pour comprendre et juger cette tolérance, il faut examiner la période dans laquelle l'Islam était un état cérémonieux, avec les lois spécifiques mises par le Prophète conformément aux doctrines de religion. Bien que l'on puisse observer beaucoup d'exemples de tolérance montrée par le Prophète dans les treize années de son séjour dans Mecca, on peut penser incorrectement que c'était seulement dû à chercher à élever le profil des Musulmans et le statut social d'Islam et en général.. Pour cette raison, la discussion sera limitée à la période qui a commencé avec la migration du Prophète à Medina et spécifiquement dès que la constitution a été mise.
Le Saheefah
Le meilleur exemple de la tolérance montrée par le Prophète à d'autres religions peut être la constitution elle-même, appelé le 'Saheefah' par de premiers historiens. [1] Quand le Prophète a émigré à Medina, son rôle comme un pur chef religieux est terminé; il était maintenant le chef politique d'un état, gouverné selon les préceptes d'Islam, qui a demandé que les lois claires de gouvernement aient été disposées pour garantir l'harmonie et la stabilité dans une société qu'une fois avait été affolé par les décennies de guerres, celui qui doit garantir la coexistence pacifique de Musulmans, Juifs, Chrétiens et polythéistes. En raison de cela, le Prophète a posé 'une constitution' qui a exposé en détail les responsabilités de tous les partis qui ont résidé dans Medina, leurs obligations l'un vers l'autre et de certaines restrictions qui ont été placées sur chacun. Tous les partis devaient obéir à ce qui a été mentionné en cela et n'importe quelle infraction de ses articles a été considérée comme un acte de traîtrise.

Une Nation
Le premier article de la constitution était que tous les habitants de Medina, les Musulmans aussi bien que ceux-là qui étaient entrés dans le pacte des Juifs, Chritiens et idolâtres, étaient “une nation à l'exclusion de tous les autres.” Tous ont été considérés membres et citoyens de société Medina sans tenir compte de la religion, la race, ou l'ascendance. Les gens d'autres fois ont été protégés du mal autant que les Musulmans, comme est exposé dans un autre article, “aux Juifs qui nous suivent appartiennent l'aide et l'équité. À eux ne sera pas fait du mal ni leurs ennemis soient aidés.”.” Auparavant, chaque tribu avait leurs alliances et ennemis dans et hors Medina. Le Prophète a réuni ces différentes tribus sous un système de gouvernement qui a soutenu des pactes d'alliances auparavant existantes entre ces tribus individuelles. Toutes les tribus ont dû agir en masse avec l'indifférence aux alliances individuelles. N'importe quelle attaque sur d'autre religion ou tribu a été considérée une attaque sur l'état et sur les Musulmans aussi.
Les vies des praticiens d'autres religions dans la société Musulmane ont été aussi données le statut protecteur. Le Prophète a dit :
Qui tue une personne qui a une trêve avec les Musulmans ne sentira jamais le parfum de Paradis.” (Sahih Musulim)
Depuis que la main supérieure était avec les Musulmans, le Prophète a sévèrement prévenu contre n'importe quel mauvais traitement des gens d'autres fois. Il a dit :
Prenez garde! Quiconque est cruel et dur sur une minorité non-musulmane, ou a réduit leurs droits, ou les a accablé avec plus qu'ils peuvent porter, ou prend n'importe quoi d'eux contre leur bonne volonté; je (le Prophète Muhammad) me plaindrai contre la personne le Jour de Jugement.” (Abu Dawud

_________________
s inscrire gratuitement au meilleur forum : cheers
http://nazisislamistes.vraiforum.com/index.php

http://talmudetjudaisme.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sabreislam.zikforum.com
ismael-y
Admin


Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: La Tolérance du Prophète vers d'Autres Religions-1ere parti   Ven 21 Déc - 6:02

À Chacun sa Propre Religion
Dans un autre article, il expose, “les Juifs ont leur religion et les Musulmans ont le leur.” Dans ceci, il est clair que n'importe quoi autre que la tolérance ne serait pas toléré et que, bien que tous soient des membres d'une société, chacun avait sa religion séparée qui ne pouvait pas être violée. On a permis chacun de pratiquer sa conviction librement sans n'importe quels obstacles et aucun acte de provocation ne serait toléré.
Il y a beaucoup d'autres articles de cette constitution qui peut être discutée, mais l'accentuation sera placée sur un article qui expose, “si toute dispute ou controverse possible pour provoquer le problème devrait survenir,il doit être renvoyer à Dieu et à Son Messager.” Cette clause a maintenu que tous les habitants de l'état doivent reconnaître un niveau supérieur d'autorité et dans ces questions qui ont concerné des différentes tribus et religions, la justice ne pouvait pas être infligée par les chefs individuels; plutôt il doit être jugé par le chef de l'état lui-même ou ses représentants désignés. Il a été permis, pourtant, pour les tribus individuelles qui n'étaient pas des Musulmans,de faire allusion et se reporter à leurs propres Saintes Écritures religieuses et leurs hommes savants quant à leurs propres affaires personnelles. Ils pourraient pourtant, si ils avaient opté, demander que le Prophète juge entre eux dans leurs matières. Dieu dit dans le Coran:
“…s 'ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d'eux. Et si tu te détournes d'eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement.” (Quran 5:42)
Ici nous voyons que le Prophète a permis à chaque religion de juger leurs propres questions selon leurs propres Saintes ةcritures, aussi longtemps qu'il n'a pas été en opposition avec les articles de la constitution, un pacte qui a tenu compte du plus grand avantage de la coexistence pacifique de la société.
Notes en bas de page :
[1] La Société de Madina au temps du Prophète, Akram Diya al-Umar l'ةdition Islamique international, 1995.

_________________
s inscrire gratuitement au meilleur forum : cheers
http://nazisislamistes.vraiforum.com/index.php

http://talmudetjudaisme.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sabreislam.zikforum.com
 
La Tolérance du Prophète vers d'Autres Religions-1ere parti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu Parle des autres religions
» ...Mes enfants voyageront vers d'autres planètes...
» Vers d'autres cieux
» « s'envoler vers d'autres cieux »
» Les miracles aussi faits aux autres religions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume d'Islam :: comprendre l'islam-
Sauter vers: